jeudi 26 janvier 2012

Hausse record de la démagogie à la Préfecture de l'Isère

(AFP) Isère : " Le préfet affiche une baisse record de la délinquance à La Villeneuve ".

Ca fait déjà un petit moment que la dépêche est scotchée en haut de la page AFP.  Et ça commence à me courir.

Pas vous ?

On se souvient de l'été chaud 2010 ? De ce petit braqueur de casino abattu par la police devant ses copains et les habitants du quartier, son quartier, après une course poursuite transformée en chasse-à-l'homme ? Du discours de Grenoble de Sarkozy venu tout exprès ? De l'agitation médiatique qui s'ensuivit ? Des rodomontades du super-préfet mis en place par Hortefeux à la suite de ce fait-divers ? Des scènes de guérilla urbaine ? Des rondes des hélicos de la police, avec leurs projos trouant la nuit au-dessus nos têtes ? D'un déploiement militaro-policier absolument sans précédent dans la ville de longs mois durant ? Oui ?

Un an après, applaudissons aux résultats : En 2011, de source officielle, on a enregistré dans ce quartier, (c'est nous qui soulignons)  " une baisse de la délinquance générale de 19,5% "   à déclaré Eric Le Douaron (le préfet superflic mis en place par Hortefeux) lors d'une conférence de presse.

Ce qui veut dire que pour 10 délits en tous genres commis avant le déploiement de ses mesures d'exception, on est rendus à... 8, ça fait deux en moins par rapport à la période de référence. Tout ça pour ça ? De quoi crier victoire à sons de trompe en effet.

Et pourtant ils ont mis la gomme, le spectacle était assûré. A  croire que tout fout le camp dans Sarkoland en perdition. Même les syndicats policiers ont contesté les chiffres à l'époque, le manque de moyens et les effets d'annonce bling-bling. Sans suites.

Avec une constante : le tout-sécuritaire, bien loin de rétablir la tranquilité publique, ne vise qu'à entretenir la peur, la trouille, et produit partout les mêmes effets politiques délétères dans les têtes.
Et un constat : la politique de la matraque n'est là que pour masquer les dégats sociaux incommensurables commis tout au long de cet interminable quinquennat. Elle est contre-productive. Sur toute la ligne. 

> Lire la dépêche AFP

1 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires modérés selon les obligations légales en vigueur