lundi 23 avril 2012

Piège cruel du second tour de la Présidentielle

" De défaite en défaite jusqu’à la victoire. "
Victor Serge


Les données de la conjoncture politique d'entre-deux tours en France, dramatiquement simplifiées.
(pour de la casuistique sophistiquée sur l'après-juin, voir ce billet ).


  1. 45 % de la population de ce pays appartient à la droite dure (1). Une proportion croissante de celle-ci années après années préfère la peste brune au choléra ultralibéral, et le choléra à la chienlit (rouge). Des urnes contre les fascistes ? Camarades, vous n'y pensez pas sérieusement ?
  2. Partout en Europe les socio-traitres de l'espèce de Hollande ont amené le pire et la quasi-disparition de la gauche politique (Angleterre, Italie, Pays-Bas...) La Grèce fait figure d'exception. (2)
  3. A Gauche un Front est apparu, fait unique en Europe. Il peut, il doit se renforcer en juin, attirer à lui toutes les énergies, rouges, vertes, noires, et roses -j'ose l'écrire- et s'ancrer dans le peuple.
Nous, partageux de la rue, des usines et des chantiers, des bureaux et des écoles, des cerveaux métissés et de la beauté, de la culture humaniste et de la grandeur d'âme, de l'écologie et de la solidarité, que nous votions mou le 6 mai ou abstention (lucide, dynamique, réfléchie, ajouter toutes les coquetteries qu'on veut)  dès 20 heures quoiqu’il arrive, nous retournerons dans l'opposition à leur monde, ne comptant fermement que sur ce que nos luttes arracherons, c'est clair.

(1) Chiffre à corriger en hausse le 6 mai.
(2) [Edit du 26/04/12 ]  Que faire le 6 mai ? Eliminer Sarkozy et sa bande soutenus par Merkel, ou élire Hollande, qui a reçu entre les deux tours les marques de compréhension appuyées de Mario Draghi, nouveau patron de la Banque Centrale Européenne, pièce essentielle de l'axe Sarkozy-Merkel ?
Faux dilemne cruel...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires modérés selon les obligations légales en vigueur