vendredi 14 décembre 2012

Le Conseil Régional Rhône-Alpes contre les licenciements boursiers

Coup de théâtre au Conseil Régional Rhône-Alpes !

Vendredi 14 décembre à la fin de sa dernière session de l'année, l' Assemblée pléniaire a adopté sur la proposition du Groupe Front de Gauche, un voeu au gouvernement se prononçant sans ambiguïté en faveur d'une loi d'interdiction des licenciements boursiers. (voir fac-similé ci-dessous) .

Comment ce tour de force a-t-il été possible ? Par un renversement d'alliances, par le rejet d'un amendement du groupe PRG ayant entrainé in fine son abstention, enfin et surtout, par la non participation au vote de la majorité "socialiste". La droite a voté contre. Les autres groupes (FdG, Europe-Ecologie Les Verts et Front National ) ont voté pour.

Malaise sur les bancs socialistes


Privés de leurs alliés Verts et centristes, les "socialistes" majoritaires, bien embêtés, n'ont pas trouvé d'autre choix tactique malgré l'avantage écrasant de leur nombre, que d'éloigner les mains de la table pour laisser passer le plat de patates chaudes. Quel avœu de faiblesse politique !

Ajoutons que le contre-exemple socialement scandaleux du florissant groupe SANOFI - auquel, soulignons-le, le président Queyranne s'apprête à faire voter des subventions publiques- sifflait probablement encore à leurs oreilles au moment du vote...

Par la voix de leur chef de file Mr Jérôme SAFAR, les socialistes rhonalpins ont donc choisi de s'en laver les mains ! C'est ainsi qu' après la Bourgogne, l'Auvergne et Midi-Pyrénénes, Rhône-Alpes devient "démocratiquement"  la quatrième région favorable à une telle mesure.

Quand bien même, soyons fous, les trois quart des C.R dirigés par ces "socialistes" adoptaient cette position, il nous est difficile d'imaginer -ou de laisser croire- que leurs collègues de la majorité parlementaire et un gouvernement aussi soumis au Medef pourraient se ressaisir.

Il y aurait un sacré pas à faire. De Fralib à Peugeot et de Florange à Sanofi, en passant par Merk, Molex, etc... on serait pourtant prêts à les aider, pour peu qu'ils le demandent....

Cliquez pour agrandir

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires modérés selon les obligations légales en vigueur