jeudi 17 octobre 2013

Le PS va-t-il faire exploser le Front de Gauche à Grenoble ?

par le Parti de Gauche - Isère

La question de l’explosion du Front de Gauche à Grenoble a été posée par le Dauphiné Libéré du samedi 12 octobre. Pour la première fois de l'existence du FdG, c'est bien sur la question du rapport au PS qu'achoppent nos discussions en vue des municipales.

Pourquoi ce débat ?

Depuis seize mois le gouvernement social-libéral dirigé Jean-Marc AYRAULT s’attaque aux familles modestes, aux travailleurs, aux jeunes et apporte au MEDEF et aux banques toujours plus de satisfaction.
Conciliant avec les riches, dur avec les pauvres, François HOLLANDE poursuit la politique de Nicolas SARKOZY !

A Grenoble comme au niveau national la question se pose. Dans un article récent paru ici même notre camarade Jean-François Parent caractérisait la politique de Michel Destot sur le plan de l'urbanisme et du logement comme étant une politique libérale, une politique de droite.
De la même façon, Jérôme Safar a accepté sans broncher 62 réductions de postes à GEG et a prorogé avant terme, la concession du gaz et de l'électricité permettant ainsi une rétribution assurée à son actionnaire privé GDF-Suez. L'augmentation brutale des impôts locaux en décembre 2009 toujours sous la houlette du même Jérôme Safar (+13 % pour les taxes foncières et +11,8 % pour la taxe d’habitation), ne déroge pas au tableau, pas plus que les aides votées aux grands groupes privés par la Ville!
Et n'oublions pas la suppression de la gratuité des transports publics pour les plus de 65 ans puis son rétablissement pour les plus de 75 ans... ou encore le choix d'une politique qui vise à inscrire Grenoble dans la compétition internationale.
Le FdG propose avec son programme "L'Humain d’abord"  un horizon politique inconciliable avec ce qu'est devenu le PS aujourd'hui. Nous ne pouvons pas laisser planer le moindre doute sur cette question. Il ne s'agit ni d'ostracisme, ni de sectarisme de notre part, mais bien de cohérence politique !

C’est pourquoi le Parti de Gauche refuse catégoriquement  l'expression utilisée par le Parti Communiste : « rassembler toute la Gauche ». Rassembler, certes, mais le pourrions-nous avec ceux qui poursuivent la politique de Sarkozy ? Le laisser entendre, au moment même où cette politique suscite tant de désillusions et de rancœur, poussant une partie de l'électorat vers l'abstention ou pire vers le vote FN, vouloir se solidariser du PS, est une erreur majeure qui n'ajouterait qu'à la confusion.
Bien sûr, la direction du PCF est prisonnière de son passé. Les nombreuses alliances qu'elle a conclu avec le PS et qui ont parfois permis de grandes avancées sociales la maintiennent dans une analyse dépassée de ce qu'est devenu le PS aujourd'hui. Ce n'est pas faire injure aux militants socialistes sincères - et il y en a encore ! - que de dire que  leur parti a changé. Et s'il était possible de bâtir hier un programme commun avec un PS qui proclamait qu'il voulait "changer la vie", il est clairement impossible de faire cause commune avec le PS austéritaire et social-libéral que nous connaissons aujourd'hui. Contre toutes les évidences écologiques, sociales et donc écosocialistes le PS ne veut plus que gérer le monde…  

Voilà pourquoi nous disons à nos camarades communistes : refusez d’être les supplétifs du Parti Socialiste ! Larguez les amarres ! Et construisons une nouvelle majorité !

Construire un rassemblement majoritaire pour une alternative

Le PG ne se trompe pas d'ennemi, il ne confond pas sa gauche et sa droite et nous serons toujours présent pour combattre la droite et l’extrême droite ! Nous ne cherchons qu'une chose : construire une nouvelle majorité avec toutes les forces disponibles à cet effet pour changer de cap. Mais pour cela il faut passer devant le PS au 1er tour, il faut renverser le rapport de force à gauche. C’est pour cet objectif que le FDG s’est créé. Cette stratégie a été réitérée dans son texte « stratégie du Font de Gauche » intitulé:  « Imposer une alternative à l'austérité » en janvier 2013. Et dans les circonstances actuelles, cette volonté doit se concrétiser sur des bases claires et compréhensibles par tous.
Dans notre ville, les discussions avec d'autres forces politiques telles que Europe Ecologie Les Verts, l'ADES, Les Alternatifs ou avec des citoyens réunis dans le Réseau citoyen montrent que de très nombreux points de convergence existent, et que nous pouvons construire ensemble ce rassemblement qui permettra de changer la vie à Grenoble ! Gratuité, séparation stricte d'avec les intérêts privés, mise en œuvre d'un bouclier social local, préfiguration de la planification écologique, dé-précarisation des agents externalisés.

Une liste du seul Front de Gauche aux côtés d’une liste écologiste, n’aurait qu’une fonction : laisser le PS en tête au premier tour et permettre à ceux qui le veulent de négocier tout au mieux quelques places au second.

Ce n’est pas ce que nous voulons !

Aujourd'hui par ce document nous choisissons de mettre le débat sur la place publique. Le Dauphiné Libéré l'a fait dans une vision ou des composantes du FDG se renverraient la responsabilité d'un désaccord, c'est son rôle... mais le Front de Gauche n'appartient pas à ses organisations, il appartient aux 16 % d'électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, candidat du FdG à l'élection présidentielle de 2012. Ils doivent pouvoir participer au débat !


Notre programme ne proclame-t-il pas « Place au Peuple ! » ?

le Parti de Gauche - Isère , 17 Octobre 2013.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires modérés selon les obligations légales en vigueur