mardi 15 mars 2011

Fukushima : ATOMCRAFT, NEIN DANKE !









Printemps 2011


Plus la brèche s'élargit sur les cuves numéro 1, 2, 3 ou 4 de la centrale de Fukushima-Daïchi, plus drus tombent les appels à rassemblement antinucléaire dans nos boîtes, à des dizaines de milliers de kilomètres. Et selon que les relais s'effectuent en trois sauts ou trois mille, vous appreniez hier 3 heures à l'avance qu' "un rassemblement est appelé devant Iter à Cararache",  à quand même 200 bons km de chez vous; ou qu' un autre était convoqué aujourd'hui en tout début d'après-midi à Greville centre et un peu partout en France,  flash mob géant au ptit bonheur la chance, dans un peu moins  de 2 heures. Celui-ci tombait d'on ne sait où, celui-là se prévaut des consignes du réseau Sortir du Nucléaire. Devant la catastrophe en marche, une partie de la France  twitte à qui mieux-mieux avec la rage de l'impuissance. Que pouvons-nous faire d'autre ?

Printemps 2023

Les Communes Libres de Paris, Lyon, Marseille, premières métropoles européennes dégoudronnées dans un pays dénucléarisé, sont rendues aux oiseaux, aux piétons et aux enfants, et rebaptisent solennellement leurs Places de la République respectives "Place Twitter"...
Rêvons. De toutes manières on a pas le choix.
 JMB

En bonus, l'excellent billet matutinal de  Guillaume Erner dans l'émission "Souriez, vous êtes informés" sur France-Inter* transcris par nous faute de transcription dispo sur le site du service public, et fautes d'orthographe incluses :

" Je sais pas si vous savez mais en France, pays du terroir, nous avons le nucléaire le plus sûr du monde. D'ailleurs avant de m'endormir j'écoute en boucle Anne Lauvergeon d'AREVA, qui nous explique que "il n'y a aucun problème, je crois qu'on va éviter la catastrophe nucléaire, et je voudrais d'ailleurs saluer le formidable sang-froid de toutes les équipes de Tepco. Ce sont des réacteurs qui même en cas de fusion de coeur, événement extrêmement improbable, hé bien il n'y aura pas de fuite dans l'environnement. (...) Il n' y a eu aucun problème, il y a eu une grosse polémique pendant un an en France, sur le fait que nos réacteurs étaient trop sûrs ".


Aaah ! si le nucléaire japonais était français, les japonais vivraient en ce moment même un grand moment de sérénité ! En tout cas chez nous ça y est, le débat fait rage, nucléaire or not nucléaire, c'est notre manière à nous de compatir aux souffrances et à l'angoissse niponne. Au train où vont les choses, nous allons voler au secours des jamponais en leur parachutant un gros stock d'autocollants qui fleurissaient dans les seventies : un petit soleil orange réjoui, avec un slogan écrit en écolo-teuton : "ATOMCRAFT, NEIN DANKE !".



Et pourtant à côté de ce débat sur l'utilité du nucléaire on pourrait en avoir un autre sur l'utilité d'avoir privatisé le nucléaire. Car figurez-vous que la société Tepco qui possède la désormais célèbre centrale de Fukushima-Daïchi est tout bonnement le premier producteur mondial privé d'électricité.


Hors, la catastrophe qui est en cours au Japon à pour cause une série de mauvaises décisions, dont celle de ne pas avoir noyé immédiatement les réacteurs de la centrale pour éviter de perdre ce précieux actif. Mais la société Tepco n'en est pas à sa première erreur. Cette entreprise à déjà falsifié une trentaine de rapports d'inspection de ses réacteurs nucléaires. Pire même, en l'espace de 25 ans c'est près de 200 incidents nucléaires que Tepco a cachés à l'opinion publique japonaise, pour préserver les intérêts des actionnaires. Hé bien je sais pas vous, mais moi ça me rassurerais qu'en France et ailleurs, les centrales nucléaires ne soient pas gérées par des Mickeys chargés de veiller sur les dividendes. Que Renault se fasse rouler, que les hamburgers Quick soient impropres à la consommation, ou bien encore que la Société Générale soit plaine de Kerviels, celà ne m'empêchera pas de dormir. Mais EDF, franchement, ça n'est pas la même chose. Et à ce sujet, je ne sais pas si vous êtes au courant mais en 2005, un gouvernement de gauche mené par un certain Lionel Jospin nous a expliqué qu'il fallait absolument privatiser EDF.



Avant, EDF appartenait aux français; ça ne pouvait pas continuer ainsi. Il fallait à tout prix qu'on se rachète EDF à nous mêmes. Eh bien la catastrophe en cours au Japon pourrait inciter ces actionnaires d' EDF à revendre leurs actions aux citoyens, ou pour le dire autrement, à renationaliser l'entreprise. Le capitalisme a inventé beaucoup de choses, les subprimes et les juckbonds, les obligations pourries. Pas la peine de laisser prospérer maintenant les actions radioactives. "
Guillaume Erner,  15 mars 2011
* F.I, "Souriez vous êtes informés" , du lundi au vendredi de 9h46 à 10h

###

 Voir les rassemblements antinucléaires organisés un peu partout en France.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires modérés selon les obligations légales en vigueur